Le Circuit 1100 mètres

piste_de_1100m_cartouche.gifCe circuit est issu de la jonction des circuits 700 mètres et 450 mètres.

 

Il est accessible tous les vendredis hors vacances scolaires et lors de grands événements tels les trophées et les endurances par équipes : animations de groupes d’envergure et compétitions de karting loisirs comme les 3H, 6H, 12H et 24H.

D’une longueur totale de 1100 mètres, il réunit tous les avantages présentés par les circuits « Adultes » et « Enfants », pour offrir un compromis idéal nécessaire aux épreuves d’endurance, qu’elles soient d’une heure, de 6 heures ou de 12 heures.

Ce circuit est composé d’une partie technique et physique qui met en avant les qualités de pilotage de chacun ainsi que de longues lignes droites, permettant de se décontracter et de reprendre son souffle avant les prochaines difficultés.

VIRAGE 1

La grande courbe du circuit « adultes » devient ici un virage à 90° dont la particularité est de faire suite à l’impressionnante ligne droite qui la précède. Gros freinage donc en perspective qu’il est possible, pour les plus adroits, de retarder en appui jusqu’au point de corde. Nous retrouvons ensuite la contrainte en sortie de virage. Il est donc nécessaire de rester du côté intérieur afin d’enchaîner efficacement avec le virage 2.

virage_8_virage.gif

VIRAGE 2

Virage serré en épingle qui précède une grande ligne droite de 120 mètres. Il nécessite d’être bien abordé en entrée, afin de conditionner une bonne vitesse en sortie. La trajectoire doit donc être optimisée : bien à l’extérieur en entrée sans avoir freiné, mais sans accélérer non plus, puis bien à l’extérieur en sortie, en passant bien entendu par le vibreur (voire sur le vibreur !!!) au point de corde où la ré-accélération se fait le plus tôt possible. Pour cela, il ne faut pas être sorti trop large du virage 1, sinon impossible d’entrer correctement dans ce gauche.

 910.gif.jpg

VIRAGE 3

Cette courbe à droite à l’angle très largement ouvert se négocie très vite, quelques fois sans même relâcher l’accélérateur. Il s’agit alors d’élargir au maximum encore sa trajectoire, en allant bien chercher l’extérieur en entrée et en sortie de virage en tangentant comme il se doit contre le vibreur intérieur. Attention tout de même à ne pas rester trop longtemps à l’extérieur en sortie, puisque la « fausse » ligne droite qui suit « se courbe » sur la droite.

 11.jpg

 VIRAGE 4

Gros freinage délicat puisqu’en appui pour aborder, ce qui est en fait un double gauche. Un très léger gauche sans difficulté donne le signal du freinage qui doit s’effectuer le plus en ligne possible sur une quinzaine de mètres environ. Puis survient le gauche principal, dont l’angle presque à 90° autorise une entrée milieu de piste et une ré-accélération avant le point de corde, à la condition d’élargir en sortie. Piège à éviter : glisser ou se retrouver en tête-à-queue en arrivant trop vite ou en ré-accélérant trop tôt. Il convient enfin, arrivé au point de sortie, de traverser immédiatement la piste du côté gauche vers le côté droit pour se placer idéalement en entrée du droite suivant (virage 5).

 1312.jpg

VIRAGE 5

Presque assimilable à une courbe, ce droite précède une ligne droite de 100 mètres. Il convient donc de s’en extraire à bon rythme pour bien conditionner sa vitesse dans la ligne droite. Pour cela, nous suivons une trajectoire classique extérieur / intérieur / extérieur en se contentant de soulager un instant la pédale d’accélérateur au point de braquage. Seule difficulté notoire : s’être placé du bon côté de la piste en entrée de virage, alors que l’on a juste le temps de le faire du fait de la courte distance entre les virages 4 et 5.

 1.jpg

VIRAGE 6

Dans ce droite en épingle très serré, tout particulièrement en sortie, l’on ne cherchera pas à sortir très vite puisque le virage suivant (virage 7), parallèle à ce virage 6, survient presque immédiatement. Il est possible cependant de freiner tard en entrée, bien entendu à l’extérieur, puisque le freinage peut s’effectuer bien en ligne dans le prolongement de la ligne droite qui précède. L’inscription se fait ensuite le plus tard possible. L’objectif, si l’on arrive à optimiser le rythme en entrée, est avant tout d’être le plus propre possible en sortie. Il faut chercher l’extérieur car il est très facile de sortir trop large (survitesse en entrée ou ré-accélération trop franche). Et là, c’est le rythme d’enchaînement avec le virage 7 et la ligne droite des stands qui en pâtit.

 12.jpg

VIRAGE 7

Le dernier virage de ce circuit, un gauche à 90°, ne pose pas de difficultés par lui-même. La sortie extérieure du virage 6 correspondant à une entrée intérieure dans ce virage 7 ; l’on ne cherchera pas à se décaler vers la droite pour y entrer. Nul besoin de freiner au moment de s’inscrire presque directement sur le vibreur, à partir duquel l’on laisse « partir » le kart vers l’extérieur en sortie pour conditionner une bonne vitesse de pointe dans les 90 mètres de la ligne droite des stands.

 3_1.jpg

 VIRAGE 8

L’épingle à droite du circuit « enfants » devient, avec l’ouverture du grand circuit, une petite courbe à gauche à l’angle très ouvert. Sur sa lancée de la ligne droite des stands, il est donc possible de négocier cette difficulté sans lâcher l’accélérateur, afin d’entamer la portion de 450 mètres au meilleur rythme qui soit. Seule condition pour ne pas baisser de cadence : élargir au mieux en entrée et en sortie.

 4.jpg

 VIRAGE 9 et 10

Ces 2 virages forment un gauche / droite en « S », dont l’angle est très ouvert. Il est donc possible de les négocier sans baisser de rythme, en tangentant sur les 2 points de corde, après être entré bien à l’extérieur dans le gauche et avant de sortir bien à l’extérieur dans le droite. Tout en étant très bénéfique dans cet enchaînement, un rythme de passage élevé conditionne également un passage efficace dans la difficulté suivante (virage 11).

 5.jpg

VIRAGE 11

Véritable attraction de ce circuit, cette courbe à droite relevée sur près de 120 mètres offre des sensations hors du commun. Ce « banking » peut se négocier sans lâcher l’accélérateur, mais, pour être efficace, la trajectoire doit être « léchée » : une entrée ni trop précoce ni trop tardive bien à l’extérieur, donc tout en haut de la piste ; un point de corde qu’il s’agit d’aller chercher relativement tard et sur une bonne distance ; et une sortie qui n’est pas tout à fait vers l’extérieur afin de mieux se positionner pour le droite suivant. A noter que du fait d’un braquage de volant sur une longue distance dans la seconde partie de cette courbe, la vitesse faiblit naturellement.

 6.jpg

VIRAGE 12 et 13

Nous retrouvons un gauche / droite en « S », mais tout à fait différent du premier cité (virages 9 et 10), puisque celui-ci est très serré, très marqué et donc très lent. L’approche du gauche se fait sur un court, mais fort freinage, plus ou moins en appui pour aller chercher un point de braquage le plus tard possible avant de récupérer la corde intérieure. Il s’agit ensuite de sacrifier la sortie de ce gauche, légèrement en montée, en restant à l’intérieur. Bien placé pour entrer en ré-accélérant progressivement dans le droite suivant et en sortant comme il se doit bien à l’extérieur, nous obtenons alors la meilleure vitesse possible dans la très longue ligne droite qui suit.

 ER.jpg